FRAIN Irène

irène_frain_salon_livre_royat_chamalièresCatégorie : Littérature / Romans

Irène Frain est née en Bretagne, à Lorient, ancien port de la Compagnie des Indes.
Grande voyageuse comme nombre de Bretons, elle a écrit une bonne trentaine d’ouvrages souvent nourris d’enquêtes sur le terrain.
Agrégée de lettres classiques, elle adore  la plongée dans les archives historiques, mais aussi l’investigation qu’elle a apprise  lorsqu’elle est devenue journaliste. Et davantage encore, les grandes rencontres humaines.
Outre le voyage et l’Orient, son œuvre se signale par sa passion pour les enjeux de la condition féminine.
Elle a écrit une trentaine d’ouvrages, dont Le Nabab, Secret de famille, Devi, Au Royaume des Femmes, Beauvoir in love, Les Naufragés de l’Ile Tromelin. Elle a reçu de nombreux prix littéraires, dont le Prix de la Femme 2016.
Ses deux derniers livres, Sorti de rien , ( Prix Bretagne 2014 ) et Marie Curie prend un amant ( Prix Agrippa d’Aubigné 2016 )  ont à nouveau rencontré un vif succès auprès de la critique et du public.

 

Irène Frain nous fait l’honneur d’être la marraine de l’édition 2016.

 

Marie Curie prend un amantirène_frain_salon_livre_royat_chamalières_marie_curie_prend_un_amant_couverture

Le 4 novembre 1911, un journal à grand tirage annonce une nouvelle extravagante : Marie Curie a un amant. La presse et l’opinion s’enflamment. Procès, duels, publication de lettres volées, l’ouragan médiatique est énorme. Marie manque d’y laisser la vie.

C’est vrai, elle a une liaison. Veuve depuis cinq ans de Pierre Curie — le chercheur avec qui elle avait découvert le radium et reçu son premier prix Nobel —, elle s’est éprise d’un homme marié, Paul Langevin, ami d’Einstein, et lui aussi savant d’exception. Mais surtout elle dérange. Icône de la science mondiale, elle s’apprête à recevoir un second Nobel. Veuve, génie et amoureuse, c’en est trop. Comme le capitaine Dreyfus vingt ans plus tôt, on l’abrutit de calomnies. On va jusqu’à lapider sa maison.

Au plus fort de la tourmente, elle reste fidèle à ses deux passions : Paul, l’amant, et Pierre, son mari tragiquement disparu.

Quel secret les unissait ? Pour le comprendre, Irène Frain a interrogé des archives négligées, des photos méconnues, des lieux inexplorés. Et ressuscité, par-delà le thriller médiatique d’une modernité souvent glaçante, une femme-courage prête à tout risquer pour ceux qu’elle aime.

Découvrez des archives inédites sur le site officiel d’Irène Frain.

 

irène_frain_salon_livre_royat_chamalières_sorti_de_rien_couvertureSorti de rien

Un jour, un journaliste m’interpelle : «Vous qui êtes sortie de rien…»
Quel rien ? La misère qui fut celle de mon père ?
Je retourne en Bretagne. Le fil du passé n’est pas encore rompu, les gens se souviennent, un monde stupéfiant ressuscite, un lignage archaïque dont j’ignorais l’existence, rudesse et merveilles, austérité et truculence, cocasserie, poésie. L’esprit même de mon père, l’humilié qui ne plia jamais devant l’adversité.
Une colère ancestrale prend alors la parole et me dicte, sans me laisser d’issue :
«Cherche donc ce qu’il fut, ce Rien dont tu es la fille. Et dis-le.»

Je m’incline, je croise ce passé avec ce qu’il me reste de mon père : la légende familiale, ses récits, ses carnets, toutes ces lettres qu’il écrivit lorsqu’il était prisonnier des nazis. Des énigmes s’expliquent, des secrets se dévoilent. Oui, mon histoire – jusqu’à mon prénom – est bien fille de la sienne : le combat d’un Breton «sorti de rien». Combien sont-ils encore, sur la planète, à vouloir sauver comme lui le seul trésor qui vaille : la dignité ?

 

Irène Frain sera présente au salon du livre le samedi et le dimanche.